Tournoi des Nerviens 2011: Partie 1

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Ce compte rendu présente la première partie que j'ai disputé lors du tournoi des Nerviens 2011.

pre810

L’armée Austro-Bavaroise de Wrède doit prendre un pont face au V°Corps de Lannes appuyé par une partie de la Réserve de Cavalerie.


La rivière est oblique partageant mon dépoiement en une petite zone à gauche et une plus grande à droite ; le pont est au centre de la table. Sur la rive gauche le long de la rivière, ma ligne de retraite traverse un petit village dont le front est protégé par un gros bois. Au loin on distingue une colline dans la partie française. Sur la rive droite, un bois borde la rivière de mon bord à la sortie du pont, et une colline est au centre de la table sur ma droite. Au fond on voit un village bordant la ligne de retraite française et la rivière.


L’attaque se fera sur les 2 rives parallèlement à la rivière afin de prendre possession du pont (objectif principal); une Division Bavaroise sur la rive gauche et une Division Autrichienne sur la rive droite (en prenant soin de contourner le bois). Le front allant en s’étendant en fonction de la progression sur la rive gauche, la 2° Division Bavaroise traversera le village (objectif secondaire), sécurisera le bois de façon à protéger le flanc gauche de l’autre Division Bavaroise, puis engagera la colline en vis-à-vis (objectif secondaire). La Division Autrichienne d’Avant-Garde fera le tour du bois et engagera simultanément la colline. Sur le flanc droit, la Division de Cavalerie contestera la colline qui devrait être un objectif secondaire du français. Pour faire bonne impression le leurre est déployé de ce côté.

 

La progression débute

pre111

 

 

La cavalerie française se précipite autour du pont de façon à ralentir la progression de mes fantassins ; les Cuirassiers de Nansouty face aux Bavarois rive gauche et les Dragons de Beaumont face aux Autrichiens rive droite.

pre210

 

Sur la colline de gauche une Division française prend possession de la colline, tandis que Lannes déploie au centre une batterie lourde et le 9°Hussards de façon à contester le pont et qu’une Division française traverse le village et se dirige vers la colline de droite où les chevau-légers bavarois se sont déployés. Tout le centre austro-bavarois passe en carré, ce qui stoppe l’avance et me rend sensible aux tirs adverse.


pre310

 

 

L’avance centrale se poursuit péniblement, tandis que sur ma droite les 2 Divisions se déploient pour menacer la colline française. Obéissant aux ordres, la Division française descend dans la plaine pour contre-attaquer les Bavarois, en laissant un Rgt afin de défendre la position. Celui-ci se fera engager par la batterie autrichienne et sera chargé par les Uhlans qui le contraindront à un recul loin de la colline.

pre710

 

 

Côté droit, les Dragons ont vite fait d’engager la cavalerie bavaroise qui résiste, mais doit succomber face à la qualité des lames de la Manufacture de St Etienne. La Division française arrive au contact sur la colline qui change de mains.

pre810

 

 

 

Près du pont, les troupes Bavaroises sont décimés par les charges de Cuirassiers et la mitraille de la batterie lourde, tandis que les Autrichiens bataillent avec les Hussards et Dragons français.

pre910

 

 

 

pre1010

 

 

La fin de journée arrivant, dans un dernier effort, les dernières troupes Bavaroises et Autrichiennes poussent l’attaque en établissant un carré à chaque entré du pont, tandis qu’une unité masque la batterie lourde française, qu’une unité bavaroise s’apprête à escalader le pont depuis la rivière et que la batterie lourde bavaroise tire à mitraille sur la brigade de Cuirassiers qui est sur le pont. Suite aux tirs et à la charge la cavalerie française passe ébranlée, mais reste sur le pont (ne compte pas dans le décompte) malgré la mort au combat du Maréchal Lannes (chut vous ne le direz pas à John).


Bilan sévère : Bien que maitre de mes objectifs, la saignée imposée (60%) par le français m’oblige à concéder la défaite. Très belle partie où j’ai énormément souffert.

 

Auteur: Christian Cote