Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Voici un compte rendu de mes parties au tournoi des IPO les 24 et 25 mars 2012. Quarante joueurs en compétition dans deux poules : Antique (Guerre des Gaules) et Médiévale (l'année 1012).

 Je joue une armée Dynastie Bédouine organisée de la façon suivante :

Corps I : 4 Cavalerie lourde Impact Elite

Corps II : 3 Cav lourde arc et 4 Cav moyenne Impact

Corps III : 4 MI Impact Elite, 2 Cav moyenne Impact, 2 LH impact et 2 LI arc

1ère Partie : Beja de Christian Bricault

Le Sultan Mustafa est en train de boire un thé vert devant sa tente quand le général Al Malik fait irruption devant lui, couvert de poussière :

- "Votre Grandeur, ces chiens de Beja ont envahi votre territoire. Ils sont en train de voler notre bétail !

- Réunit immédiatement les Ghulams et rassemble nos mercenaires Dailami, nous allons en finir une fois pour toute avec ces pillards, s'exclame le Sultan en bondissant sur ses pieds."

Le Beja (barbu avec des lunettes !) nous attaque par le désert. Il déploie sa cavalerie lourde à gauche et sa horde de chameaux à droite. Le centre est occupé par des guerriers impétueux qui s'abritent dans une broussaille.

Notre cavalerie est au centre avec les Ghulams orientés pour aller attaquer les chameaux. Les Dailami sont dans une broussaille à droite.

 

Le Sultan n'est pas très content du déploiement de son général. Il fustige ce dernier du regard puis ordonne d'avancer vers l'ennemi.

Des traitres bédouins passés au service de l'ennemi font le tour des dunes de sables à gauche pour venir encercler notre cavalerie. Les chameaux s'élancent en bavant et grognant, effrayant les montures des Ghulams. Le combat de cavalerie s'engage, les épées s'entrechoquent tandis que les chameaux talonnent les Ghulams.

La situation devient confuse. De chaque côté des hommes tombent, noircissant le sable du désert de leurs entrailles sanguinolentes (hum ...). Déjà les féroces Beja crient victoire. C'est sans compter sur la détermination des Bedouins qui parviennent à renverser la situation au dernier tour !

Les Beja s'enfuient, vaincus, mais les pertes sont lourdes (17 sur 21). Ce fut une rude bataille et le général Al Malik sauve sa tête de justesse.